Top PDF Congo RDC rapport annuel conjoint 2004 = Congo DRC joint annual report 2004

Congo RDC rapport annuel conjoint 2004 = Congo DRC joint annual report 2004

Congo RDC rapport annuel conjoint 2004 = Congo DRC joint annual report 2004

Plusieurs années de guerre n’ont fait par la suite qu’aggraver la situation qui, en 2001-2002 était catastrophique : l’inflation atteignait 630% en 2000 et les revenus du Gouvernement ne représentaient plus que 4,5% du PIB pour cette même année. Le déficit primaire en pourcentage du PIB avait triplé en cinq ans, l’effort de guerre absorbait l’essentiel d’un budget réduit à la portion congrue, la dette s’était considérablement alourdie, atteignant les 12 milliards de dollars avec 10,1 milliards d’arriérés soit 184 USD par congolais, deux fois le PIB per capita. Depuis avril 2001, le Gouvernement mène un programme économique visant à revenir à une croissance saine et durable à travers la mise en œuvre d’importantes réformes. Jusqu’en 2002, ce programme a d’abord pris la forme du PIR (Programme Intérimaire Renforcé). Celui-ci a permis (i) de reprendre contact avec la communauté financière internationale après dix années de rupture, ce qui s’est traduit, de juin 2001 à mars 2002, par la mise en œuvre avec le FMI du Staff Monitored Programme puis par la mise en œuvre du Programme Minimum d’Urgence pour la Reconstruction et la Réhabilitation (PMURR) dans la partie du pays alors sous contrôle du Gouvernement; (ii) d’apurer les arriérés avec plusieurs créanciers internationaux grâce à un mécanisme de crédits relais consentis par la Belgique, la France, la Suède et l’Afrique du Sud, la CE ayant pour sa part également contribué à apurer une grande partie des arriérés de la RDC vis-à-vis de la BAD et de la BEI ; (iii) de restructurer la dette envers le Club de Paris. A partir de juin 2002, la RDC a pu bénéficier de la Facilité pour la Réduction de la Pauvreté et la Croissance (PPTE) et, suivant les conclusions de la réunion du Groupe Consultatif pour la RDC qui s’est tenue à Paris en décembre 2003, le pays met actuellement en œuvre en liaison avec la communauté des bailleurs un « Programme Minimum de Partenariat pour la Transition et la Relance
Show more

34 Read more

Comores rapport annuel conjoint 2002 = Comores joint annual report 2002

Comores rapport annuel conjoint 2002 = Comores joint annual report 2002

En 2003, il est prévu donc de réaliser les études de faisabilité (ou de faire la synthèse des études existantes) et de rédiger la proposition de financement qui doit être mise dans le circuit de validation au début de l’année 2004. Cette proposition de financement sera élaborée sur la base du travail préliminaire réalisé par les consultants nationaux mentionnés plus haut et sur les conclusions qui seront issues des Etats Généraux. Pour cela, la Cellule d’Appui à l’Ordonnateur National du FED, financée sur les ressources du FED, recrutera un Expert International court terme et un Expert National long terme pour porter un appui à la mise en oeuvre de toutes ces actions.
Show more

67 Read more

Tchad rapport annuel conjoint 2008 = Chad joint annual report 2008

Tchad rapport annuel conjoint 2008 = Chad joint annual report 2008

Grâce à la médiation du Président Wade et du Secrétaire Général des Nations Unies en particulier, les Présidents Idriss Déby Itno et Omar el-Béchir se sont accordés le 13 mars 2008, en marge du XIe sommet de l'Organisation de la Conférence Islamique de Dakar, sur la signature d'un Accord de paix entre le Tchad et le Soudan. Cet accord bilatéral réitère les engagements des précédents accords, notamment l'accord de Tripoli du 8 février 2006, l'accord cadre de Khartoum et ses protocoles additionnels du 28 août 2006, la déclaration de Cannes du 15 février 2007 et l'accord de Riyad du 3 mai 2007. Le Tchad et le Soudan s'engagent solennellement à interdire toute activité de groupes armés visant à la déstabilisation de l'Etat voisin et ils conviennent de "normaliser" leurs relations. Ils appellent la communauté internationale et en particulier la Libye, le Congo, le Sénégal, le Gabon, l'Erythrée, la CEN-SAD, la CEEAC, et l'Union africaine à prendre toutes les mesures nécessaires pour la mise en place d'une Force de Paix et de Sécurité afin de sécuriser la frontière commune.
Show more

45 Read more

Mauritainie rapport annuel conjoint 2003 = Mauritania joint annual report 2003

Mauritainie rapport annuel conjoint 2003 = Mauritania joint annual report 2003

Le bilan céréalier ex-post 2002/2003 1 montre que la Mauritanie a produit durant cette campagne 77 162 tonnes de céréales (production nette) dont 51 163 tonnes de riz et seulement 25 999 tonnes de céréales traditionnelles (mil, maïs, sorgho), soit 16% de ses besoins théoriques en céréales. Cette production agricole a été particulièrement mauvaise en raison des conditions climatiques défavorables. Le Gouvernement mauritanien a engagé un plan d’urgence, soutenu par les différents partenaires, notamment le Programme alimentaire mondial (PAM) qui a mené une large action humanitaire, et la CE dans le cadre du programme communautaire d’appui à la sécurité alimentaire (PACSA, cf. ci-dessous point 4.5.5.1). La mise en œuvre du Plan d’urgence a permis de couvrir presque totalement les besoins définis par la norme de consommation : le bilan céréalier indique une consommation apparente de 175,6 kg par personne, très proche de la norme officielle de 176 kg par personne et par an. Cependant, ce résultat a été atteint au prix d’un changement drastique des habitudes alimentaires, la part occupée par le blé étant très importante par rapport à celle prévue dans la norme de consommation, du fait du poids prédominant de cette céréale dans les importations commerciales (99,9%) et l’aide alimentaire (78,5%). La production céréalière nette de la campagne agricole 2003/2004 se chiffrera selon les estimations du Ministère du développement rural et de l’environnement à 145 791 tonnes, soit une progression de 68% par rapport à la campagne précédente, et de 21% par rapport à la moyenne des cinq dernières années. Cela représente 30% des besoins théoriques du pays en céréales (consommation humaine hors besoins de stocks de clôture et de stock de sécurité).
Show more

109 Read more

Togo rapport annuel conjoint 2008 = Togo joint annual report 2008

Togo rapport annuel conjoint 2008 = Togo joint annual report 2008

La pénurie de personnel de santé, qui touche plus particulièrement le personnel médical spécialisé, les infirmiers et les sages-femmes, tend à s’aggraver sous l’effet conjugué du non remplacement des départs en retraite, de la fuite des cerveaux, d’une répartition inadéquate des effectifs existants et de l’absence de politique de gestion des ressources humaines. Le système souffre également d’un sous- financement public notoire, reportant ainsi la charge du financement sur les ménages. En 2006, les crédits de l’Etat alloués à la santé ont été de 14,4 milliards, soit à peine 5,5% des dépenses publiques globales. Cette même année, les dépenses totales en santé sont descendues à un ratio de 1% du PIB, soit moitié moins que la moyenne des pays de la sous-région. Le Projet Appui Décentralisé au Secteur de la Santé au Togo (ADSS) du 9ème FED qui s'est terminé au 31 décembre 2008 a permis, entre autres, la construction de 5 centres médico-sociaux ; de 3 centres de santé; la cloture et aménagement de la cour de 8 centres de santé et d’un hôpital; le forage de 8 puits et la construction de 8 châteaux avec adduction d’eau; la dotation en équipements (groupes électrogènes, réfrigérateurs, congélateurs, véhicules, motos, ordinateurs, matériel médical technique etc.); la formation des agents de santé (1419 agents de santé et 6092 pairs éducateurs et agents communautaires de santé formés); la vaccination des enfants de moins d'un an (77 873 enfants complètement vaccinés entre 2004 et 2008); lutte contre le VIH-SIDA (achat de médicaments anti rétro viraux pour soigner 10 000 PV/VIH pendant 6 mois, formation de 250 agents de santé dans la prise en charge des IST/VIH/SIDA et formation de 450 membres d’ONG dans la sensibilisation sur le IST/VIH/SIDA).
Show more

115 Read more

Madagascar rapport annuel conjoint 2003 = Madagascar joint annual report 2003

Madagascar rapport annuel conjoint 2003 = Madagascar joint annual report 2003

Dans le DSP 9 ème FED, le secteur de l’environnement n’a pas été retenu parmi les secteurs de concentration de la coopération Union européenne – Madagascar. Toutefois, la dimension environnementale constitue une des questions transversales, qui est systématiquement prise en compte dans la formulation, la mise en œuvre et le suivi-évaluation des programmes de la coopération. A titre d’exemples, les programmes d’infrastructures routières font automatiquement l’objet d’ étude d’impact environnemental, tandis que le guide d’intervention pour la mise en œuvre des projets d’aménagement de petits périmètres irrigués et bassins versants définit des critères environnementaux pour la sélection et la faisabilité de ces types de projets. Quelques interventions de la CE à Madagascar contribuent de manière significative à la préservation de l’environnement, de manière directe ou indirecte. Elles comprennent : les actions de conservation de l’environnement au sens strict, à travers trois actions principales : i) le programme Bemaraha, qui constitue la seule aire protégée de Madagascar classée au patrimoine mondial de l’humanité (5 millions EURO, 8 ème FED, 2001- 2005) ; ii) le projet de gestion des ressources forestières dans la région de Fort-Dauphin avec le WWF (1,135 million EURO, ligne budgétaire « forêts tropicales », 2000-2004) et iii) le projet de gestion durable des forêts tropicales dans la région du Nord-Est de Madagascar, avec l’Associa tion nationale pour la gestion des aires protégées (1,315 million EURO, ligne budgétaire « forêts tropicales », 2003-2007) ; la réhabilitation des périmètres irrigués : L’impact environnemental de ces réhabilitations est indéniable, les populations ayant nettement moins recours à l’agriculture itinérante sur brûlis pratiquée sur les plateaux calcaires environnants ; 18 le Centre de Contrôle et Surveillance des Pêches : qui a été mis en
Show more

107 Read more

Mali rapport annuel conjoint 2003 = Mali joint annual report 2003

Mali rapport annuel conjoint 2003 = Mali joint annual report 2003

En terme d’évolution du cadre institutionnel, et bien que les progrès soient plus lents que le planning initial prévu à l’accord de financement, des résultats concrets sont enregistrés. L’autorité routière créée mi-2001 a progressé dans l’appropriation de ses tâches de gestion des fonds destinés à l’entretien routier courant. L’attribution des travaux au secteur privé a augmenté progressivement depuis mi-2002 pour atteindre 40 % en fin d’année puis être entièrement confiée aux entreprises en 2003. Le retard de la mise en place de l’Ageroute (actuellement prévue pour 2004) affecte néanmoins les performances du système par manque d’une structure spécialisée pour la gestion des aspects administratifs et techniques des marchés. Au niveau des ressources financières pour l’entretien routier courant, la dotation du budget devrait progressivement être suppléée puis remplacée par les ressources propres de l’Autorité routière. Les premières ressources propres sont arrivées au 2 ème semestre 2003 avec la redevance sur la charge à l’essieu qui est versée directement à l’Autorité. En 2004, les ressources propres devraient augmenter grâce à la redevance sur la charge à l’essieu et une taxe sur les carburants pour atteindre environ 21%.
Show more

152 Read more

Madagascar rapport annuel conjoint 2007 = Madagascar joint annual report 2007

Madagascar rapport annuel conjoint 2007 = Madagascar joint annual report 2007

Madagascar figure parmi les pays les moins avancés avec un revenu national estimé à US$ 308 par habitant en 2006. L’insécurité alimentaire frappe 65% 2 de la population. Le recul du taux de pauvreté, passé de 72,1% en 2004 à 67,5% en 2006, reste lent et fragile (les données pour 2007 ne sont pas encore disponibles). Les variations du taux de pauvreté sont plus sensibles en milieu urbain car ce sont surtout les salariés qui subissent les effets néfastes de l’inflation contrairement aux individus à revenus variables. Pour 85%, la population est rurale et 73,2% vivent de l’activité agricole alors que le monde rural ne représente que 30% du PIB. A plus de 3% par an, le taux d’accroissement démographique reste supérieur au taux de croissance de la production agricole, 1% en moyenne entre 1985-1999. L’incidence de la pauvreté varie fortement selon le milieu. La proportion des pauvres dans la Capitale est estimée à cinq fois moindre par rapport à certaines zones en milieu rural. Dans les zones à faible taux de pauvreté, la taille moyenne des ménages est inférieure à la moyenne nationale. Les facteurs déterminants de la pauvreté sont : (i) la taille du ménage, - (ii) l’enclavement du fokontany, - (iii) le niveau de scolarité du chef de ménage, - (iv) la non-existence d’infrastructures socio-économiques (écoles, centres de santé, adduction d’eau potable, électrification,…). La réalisation de l’objectif 1 des ODM apparaît donc difficile.
Show more

119 Read more

Djibouti rapport annuel conjoint 2003 = Djibouti joint annual report 2003

Djibouti rapport annuel conjoint 2003 = Djibouti joint annual report 2003

La CE a été active dans ce secteur depuis le début de ses relations avec le pays. Avec un taux d’urbanisme galopant et plus de 3/4 de la population vivant dans la capitale, une concentration des aides sur la ville de Djibouti a comme effet de toucher une large partie de la population. Le premier programme de développement urbain de la ville de Djibouti (4,6 MEUR sous le 6 ème FED) et le deuxième programme pour cette ville (10,5 MEUR engagés au titre du 7 ème FED) sont des exemples importants de réalisations dans ce domaine. Des résultats satisfaisants ont été enregistrés, permettant de répondre à des besoins réels, avec une situation sanitaire qui s’est fortement améliorée dans les quartiers 1,2,3,5 et 6. Toutefois, la mise en œuvre des projets d'assainissement urbain a été fortement ralentie par l'insuffisance de la préparation technique et surtout foncière des travaux. On peut également s’interroger sur l’absence de prise en considération de la non-participation de la population, d’où le manque d’appropriation de l’ouvrage par les bénéficiaires et usagers. Une mission de monitoring du DPDU, financée par la CE, a eu lieu en mars 2002. Elle a mis en lumière une série d’aspects qui mettent en question la durabilité des investissements, notamment: un encadrement institutionnel du secteur très faible, une absence de politique sectorielle claire, la faible capacité technique et de gestion de la direction de l’assainissement qui manque de moyens humains et financiers pour assurer ses responsabilités, un manque d’implication directe de la population dans l’entretien et le développement des infrastructures. Une nouvelle étude sur le « plan stratégique de l’assainissement de la ville de Djibouti » sur financement de la BAD, a finalement débuté courant 2003.Elle est réalisée par le cabinet français BRL et devrait en principe être achevée fin juin 2004.L’actualisation de la politique sectorielle est également un préalable à toute opération dans le volet assainissement du 9 ème FED.Il est donc prévu de tenir compte des résultats/recommandations de l’étude BRL.
Show more

53 Read more

Tchad rapport annuel conjoint 2003 = Chad joint annual report 2003

Tchad rapport annuel conjoint 2003 = Chad joint annual report 2003

Suite à l’arrivée de réfugiés soudanais fuyant la répression à la frontière Est du Tchad à partir de mi-2003, l’Office Humanitaire de la Commission Européenne a débloqué un financement de deux millions d’€ en novembre 2003, au bénéfice des organisations les plus implantées sur le terrain, et qui se partagent de façon coordonnée la prise en charge médicale et non-médicale des réfugiés : il s’agit du Haut Commissariat pour les Réfugiés des Nations Unies (UNHCR), de Médecins Sans Frontières-section belge (700.000 €), et de Médecins Sans Frontières – section néerlandaise (400.000 €). Une première mission d’ECHO Abidjan s’est déroulée début décembre 2003.Une mission d’ECHO à partir du Siège a visité le terrain en février 2004, à la suite de laquelle un montant de 4 M € supplémentaires a été mis à disposition.
Show more

34 Read more

Comores rapport annuel conjoint 2003 = Comores joint annual report 2003

Comores rapport annuel conjoint 2003 = Comores joint annual report 2003

En septembre 2003, un Consultant International a été recruté pour faire la synthèse des études réalisées et sur la base de cela, rédiger la proposition de financement. Le Consultant a rendu son rapport contenant un projet de Proposition de Financement, en novembre 2003. Le fonctionnaire de la Commission Européenne chargé des affaires de l’Education dans le Pacifique et l’Océan Indien, a séjourné aux Comores en décembre 2003, en vue de finaliser la Proposition de Financement avec les autorités comoriennes. Le document est en négociation entre le gouvernement comorien et la Commission Européenne. Le montant proposé pour être engagé dans le cadre de ce projet est de 16 millions d’euros. Si le projet de Proposition de Financement est approuvé par les deux parties en janvier 2004, celui-ci pourra être présenté au Comité FED en mai-juin 2004, et la décision de financement pourrait intervenir en septembre 2004.
Show more

42 Read more

Burundi rapport annuel conjoint 2003 = Burundi joint annual report 2003

Burundi rapport annuel conjoint 2003 = Burundi joint annual report 2003

Suite à la relance du projet, la Cellule des Opérations est devenue fonctionnelle (personnel et équipements complets). Après une analyse de situation ayant compris l'observation des prestations, une interview des ménages et une enquête communautaire, un plan d'action utilisant le cadre logique fut rédigé au niveau de chaque province. Trois rapports en vue d’améliorer les services de gestion de la Centrale d’Achat des Médicaments et trois rapports sur le système d’information sanitaire provincial ont été élaborés. Un système comptable au niveau des hôpitaux, des comités de santé et de gestion dans les centres de santé, et une cellule de formation continue pour les 5 provinces à l'INSP sont fonctionnels. Sept rapports d’activités sont disponibles (cinq du chef de mission, deux du pharmacien gestionnaire) et font état d’une mise en oeuvre normale des activités. Cependant, pour que le projet se réalise pleinement, une demande de changement de dates de début et de fin d’exécution telles que prévues dans l’avenant n°1 de la Convention de Financement 5512/BU signé en 1995, a été introduite le 5 décembre 2002 à la Commission et a été approuvée. Il s’agissait de tenir compte de la date effective du démarrage du projet correspondant avec l’arrivée de l’assistant technique. Dans le cadre de ce deuxième avenant, le tableau budgétaire a été revu comme suit et la fin d'exécution du projet est prévue en juillet 2004, soit trois mois supplémentaires pour rattraper les délais, améliorer le décaissement et atteindre la majorité des objectifs. Les termes de référence pour l'évaluation du projet ont été élaborés et approuvés. La sélection du consultant est en cours.
Show more

53 Read more

Congo Brazzaville rapport annuel conjoint 2006 = Congo Brazzaville joint annual report 2006

Congo Brazzaville rapport annuel conjoint 2006 = Congo Brazzaville joint annual report 2006

Dans le cadre du redimensionnement, tant les objectifs que l'économie générale du projet ont été conservés, mais intégrés dans une perspective plus opérationnelle et plus en phase avec la réalité congolaise. Il convient de relever à cet égard que si la volonté de chacun de réaffirmer et de renforcer l'Etat de droit à la sortie des conflits lors de la programmation de ce projet en 2001 était tout à fait pertinente, la réalité opérationnelle n'a pas été suffisamment prise en considération. Un pays qui sort de 10 années de guerre civile, même avec des intentions affirmées de renforcer sa justice, a une tendance à orienter l'ensemble de ses actions sur d'autres secteurs. C'est une réalité que l'on observe ailleurs dans le monde dans des pays confrontés à des contextes similaires. Cet élément n'a peut-être pas suffisamment été pris en considération au moment de la définition de la stratégie de coopération. Le Congo n'a d'ailleurs toujours pas adopté de politique sectorielle dans le domaine de la justice et il paraît donc nettement plus cohérent d'initier un projet plus modeste et mieux structuré pour aider les autorités et la société civile à intégrer un processus de définition d'une telle politique, à la fois en terme de capacité que de mobilisation. Cette étape est indispensable avant d'envisager la mise en œuvre d'un programme de l'envergure de celui qui avait été programmé (avoisinant les 15 Mio €). C'est dans cette perspective que le redimensionnement du projet a été opéré.
Show more

41 Read more

Congo Brazzaville rapport annuel conjoint 2003 = Congo Brazzaville joint annual report 2003

Congo Brazzaville rapport annuel conjoint 2003 = Congo Brazzaville joint annual report 2003

en médicaments essentiels. La centrale d’achat « nouvelle formule » a été définie, après la conclusion des évaluations sur la Centrale nationale d’achat de médicaments essentiels (Cenames): « Le Projet ne peut envisager d’appuyer directement la Cenames dans sa forme actuelle ; en effet celle-ci a démontré des lacunes très importantes aussi bien dans sa conception (statut, textes de références, procédures, organisation, financement) mais surtout dans sa gestion et son fonctionnement. » La proposition de créer une nouvelle centrale d’achat qui garantira une gestion autonome, performante et efficiente a été accueillie très favorablement par tous. En juillet 2003 il y a eu une mission d’expertise sur le terrain pour identifier et déterminer avec les autorités et les intervenants le modèle de centrale d’achat qui répondrait à tous les critères et qui garantirait la performance attendue. Le modèle proposé, de type associatif privé à but non lucratif, a bénéficié lors de la réunion de restitution en fin de mission de l’accord de principe unanime des autorités nationales (ministère de la santé, ordonnateur national), des partenaires (organismes de coopération bilatérale et multilatérale) et des organisations privées non lucratives rencontrées par la mission. Les arguments et les conclusions de la mission ont fait l’objet d’un rapport circonstancié, discuté lors de l’Atelier de consensus du mois d’octobre 2003. Lors d’une réunion entre les autorités congolaises et les services de la Commission européenne à Bruxelles en novembre 2003, un consensus a été trouvé. La question essentielle pour le futur de la coopération dans ce domaine est maintenant la concrétisation de cet accord au niveau local. Cette mise en place ne peut être entreprise avant la signature de la nouvelle convention de financement prévue pour le premier semestre 2004, le comité FED du 13 février 2004 ayant donné son avis favorable.
Show more

167 Read more

Congo Brazzaville rapport annuel conjoint 2008 = Congo Brazzaville joint annual report 2008

Congo Brazzaville rapport annuel conjoint 2008 = Congo Brazzaville joint annual report 2008

L'intervention dans le secteur des transports est actuellement divisee en quatre valets: un appui institutionnel a l'entretien routier, les Travaux de reconstruction de Ia Route National[r]

35 Read more

Mali rapport annuel conjoint 2004 = Mali joint annual report 2004

Mali rapport annuel conjoint 2004 = Mali joint annual report 2004

La mise en œuvre du programme Qualité/Secteur Privé s’est poursuivie. Un avenant prorogeant le DP1 jusqu’au 31/03/04 a été signé. Le DP 2 a ensuite été approuvé, permettant la poursuite des activités. Un avenant au contrat avec l’ONUDI a également été signé. Ces engagements, gérés au niveau sous-régional, ont eu des implications positives dans la mise en œuvre du programme national. Le programme 8 ACP MLI 015 PARI Phase II présente un taux d’exécution assez faible. Le DP 2, qui couvre la période allant jusqu'à la fin de la CF, a été signé très tardivement, fin juillet 2004 ce qui n'a permis de rattraper que partiellement le retard enregistré lors des années précédentes. Compte tenu de la situation actuelle et la date d'échéance de la CF, des incertitudes subsistent sur l'exécution financière de ce programme. Un audit financier a été lancé en 2004 sur le projet d’Intégration Régionale Ouest Africaine (8 ACP MLI 007), dont le programme de formation a permis de mieux préparer l’administration malienne, notamment à l’application de règles communes à l’espace UEMOA (OHADA, TEC, etc.) et d’approfondir les actions liées au concept du " Pays Frontière" L’audit a fait état de la conformité financière dans l’exécution du programme.
Show more

146 Read more

Congo RDC rapport annuel conjoint 2008 = Congo DRC joint annual report 2008

Congo RDC rapport annuel conjoint 2008 = Congo DRC joint annual report 2008

CTB-REHABILITATION STRUCTURES DE SANTE PS9FED EN PROV.DU NK AEDES - DEVIS PROGRAMME NO3/APPUI INSTITUTIONNEL AU FOLECO-REHABILITATION STRUCTURES SANITAIRES PS9FED PROV.KOR ETUDE D'EVALUA[r]

73 Read more

Centrafricaine rapport annuel conjoint 2007 = Central Africa joint annual report 2007

Centrafricaine rapport annuel conjoint 2007 = Central Africa joint annual report 2007

Concernant la santé publique, le taux de mortalité (22 ‰) en RCA est le plus élevé de la sous- région Afrique Centrale. En vingt ans, l’espérance de vie à la naissance a reculé de plus de 10 ans pour se situer en 2003 à 40 ans pour les hommes et à 46 ans pour les femmes. La mortalité infantile atteint des niveaux record depuis 1995 (quotients de mortalité infantile 132 ‰ et infanto juvénile à 220 ‰). Le taux de mortalité maternelle s'élève à 1355 sur 100.000 naissances vives. La morbidité est dominée par le paludisme (38%), le VIH/SIDA (prévalence 6,2% 4 ), et la tuberculose (9016 cas en 2004). L'on note dans ce contexte le nombre de 240.000 de personnes vivant avec le VIH/Sida et environ 10.000 orphelins de SIDA en RCA. A cela s’ajoutent d’autres endémies comme l’onchocercose (11 préfectures, sur 16, touchées), la lèpre (1,15 cas pour 10 000 en 2003), la bilharziose (9580 cas en 2004) et la trypanosomiase humaine africaine. Outre les problèmes liés à l’état de santé des populations, il faut signaler la dégradation de la performance du système de santé. Cependant il faut noter certains réussites telles que la montée du taux de vaccination DTC au-delà de 80% en 2007 (un des déclencheurs PPTE), performance reconnue par la communauté internationale.
Show more

94 Read more

Comores rapport annuel conjoint 2007 = Comores joint annual report 2007

Comores rapport annuel conjoint 2007 = Comores joint annual report 2007

La coordination des bailleurs de fonds s’est fortement améliorée au cours des dernières années, notamment dans la mise en place d’actions d’urgence comme l’établissement du Fonds Fiduciaire multi-bailleurs en 2004 ou encore le Fonds Thématique pour les élections en 2006. Sur le plan pratique, cette coordination a permis d’éviter les chevauchements entre les programmes de la CE et ceux d’autres partenaires, en particulier avec la France avec laquelle un dialogue régulier est établi, et a permis une certaine complémentarité des actions. Dans le cadre de la programmation du 10 ème FED en 2007, les secteurs d'intervention de la CE ont été sélectionnés sur la base des priorités définies par les autorités nationales et les acteurs de la société civile mais également en fonction des domaines où interviennent les autres bailleurs. A titre d'exemple, pendant l'année 2007, des échanges très prometteurs ont eu lieu avec la France en vue d'explorer les avenues de collaboration pour la mise en œuvre conjointe du projet appui à la justice. Par ailleurs, étant donné l'intervention de la France dans le domaine de la santé, l'action de la CE visera à complémenter cette action notamment à travers le Programme d'Education. Le code de conduite a été présenté et discuté avec les bailleurs en 2007 et des engagements en matière de coordination et d'harmonisation de l'aide ont été pris tant par les bailleurs que le gouvernement.
Show more

45 Read more

Burkina Faso rapport annuel conjoint 2007 = Burkina Faso joint annual report 2007

Burkina Faso rapport annuel conjoint 2007 = Burkina Faso joint annual report 2007

Au niveau des services sociaux de base et de la protection sociale, les indicateurs sociaux maintiennent leur allure ascendante. Dans le domaine de l’éducation, le taux brut de scolarisation a, cette année encore, progressé pour s’établir à 72,6%, en hausse de 6,1 points par rapport à 2006. Le taux d’admission est passé de 78,3% en 2006 à 84,7% en 2007 et les disparités selon le genre se sont atténuées, la parité filles/garçons varie désormais entre 0,85 et 1 selon les régions. La principale avancée enregistrée en 2007 est liée à la finalisation de la seconde phase du Plan Décennal de Développement de l’Education de Base (PDDEB) et la continuation de l’actualisation de la carte éducative, outil essentiel de programmation et de suivi des infrastructures, mais surtout de corrections des disparités régionales. L’accent mis sur l’offre quantitative doit désormais être accompagné d’une amélioration de la qualité de l’enseignement et d’une diminution progressive du nombre d’élèves par enseignants.
Show more

54 Read more

Show all 10000 documents...