Top PDF Cycles Economiques Dans La Zone Cemac

Cycles Economiques Dans La Zone Cemac

Cycles Economiques Dans La Zone Cemac

L’utilisation de cette méthodologie est encore récente. A cet égard, les travaux de Rabault (1993) et plus récemment de Grégoir et Lenglart (2000) ont aidé à l’usage à grand échelle de ces modèles. Avec cette approche, les indicateurs de retournement cyclique sont construits et l’on détecte, en temps réel, les probabilités pour une économie d’être en récession (Bellone, 2006). En effet, cet auteur montre qu’un modèle markovien fondé sur quatre variables (l’indice de la production industrielle, l’indice d’annonce d’offres d’emploi, le taux de chômage et l’opinion des ménages sur la difficulté à trouver un emploi) permet de détecter en temps réel, avec une probabilité élevée, les récessions de l’économie américaine. On retiendra, en outre, que la récente crise financière internationale des années 2000 a suscité un regain d’intérêt pour la prévision des points de retournement des variables économiques telles que la croissance, l’emploi et l’output gap. Bellone (2006), Bellone, Gautier et Le Coent (2006) puis Nguiffo-Boyom (2006), aident à comprendre que le modèle à changements de régimes markoviens permet aux professionnels de l’économie d’obtenir, à tout moment, une probabilité d’occurrence d’une variable inobservable à valeurs dans l’ensemble {1,..., K}, qui est supposée suivre une chaîne de Markov à « k » états. En macroéconomie, la variable inobservable que l’on note (S t ) est supposée représenter l’état courant de l’activité économique et le nombre « k » de régimes est
Show more

16 Read more

Sigma convergence des politiques budgétaires au sein des pays de la zone CEMAC

Sigma convergence des politiques budgétaires au sein des pays de la zone CEMAC

Ces critères ont été modifiés en 2001 en vue d’une plus grande précision. C’est ainsi que le critère relatif à un solde budgétaire de base (hors don) rapporté au PIB nominal positif ou nul à l’horizon 2004 remplace celui relatif au solde primaire. Ce critè re mesure la capacité de l’Etat à couvrir avec ses ressources propres l’ensemble de ses dépenses courantes et en capital financées sur ressources internes (rapport BEAC 2001). Puis on a le critère relatif au taux d’inflation annuel moyen qui doit être infé rieur ou égal à 3% qui vise essentiellement à minimiser les écarts d’inflation entre les pays en vue d’éviter un désalignement des taux de change réel. Le troisième critère relatif au taux d’endettement public qui doit être inférieur à 70%du PIB à l’horizon 2004 et le quatrième relatif à la non accumulation d’arriérés intérieurs et extérieurs sur la gestion de la période courante. Ces critères semblables à ceux énoncés dans le Traité de Maastricht font l’objet d’un suivi régulier par le comité de convergenc e. Sur la période allant de 1993 à 2009, il y’a 408 (4ˣ6ˣ17) critères potentiellement réalisables. Mais seulement 247 critères sont effectivement réalisés sur la période. Soit un taux de réalisation de 60,5%.Le respect de ces critères ne s’est pas fait de manière identique pour tous les pays de la
Show more

16 Read more

Politique monétaire et croissance économique en zone cemac [une évaluation empirique en données de panel]

Politique monétaire et croissance économique en zone cemac [une évaluation empirique en données de panel]

D’un point de vue th´ eorique, la BEAC apr`es la r´eforme de 1990, a adopt´e deux principes essentiels que l’on peut attribuer `a la th´ eorie mon´ etariste. Le premier consiste `a faire de la stabilit´e des prix le but ultime de la politique mon´etaire. Ce principe d´ecoule du fait que la stabilit´e des prix est reconnue comme condition n´ecessaire pour garantir une ´evolution durable d’une ´economie le long de son sentier de croissance potentiel. Le deuxi`eme consiste `a accepter le postulat selon lequel l’inflation est ph´enom`ene essentiel- lement mon´etaire. Il d´ecoule de la TQM qui met en exergue le rˆole causal de la monnaie dans le processus inflationniste de long terme lorsque la vitesse de circulation des agr´egats de monnaie est stable. Au sein de l’´ecole mon´etariste, ces principes eurent comme impli- cation la plus notable la recommandation formelle faite par Friedman (1960) `a la FED 11
Show more

26 Read more

Le syndrome hollandais en zone CEMAC: une approche par la modélisation VAR structurelle

Le syndrome hollandais en zone CEMAC: une approche par la modélisation VAR structurelle

Il est plutôt bien admis que les séries du taux de change réel et du PIB réel sont des processus à racine unitaire. A cet effet, nous ne conduirons les tests de stationnarité que pour la série OR c’est-à-dire le loyer du pétrole représentatif du prix du pétrole. A cet effet, à côté des tests traditionnels de la racine unitaire (ADF et PP) nous avons conduit le test plus spécifique de Kwiatkowski, , Phillipis, Schmidt et Shin (1992) ou KPSS qui présente la particularité de tester l’alternative de présence d’une racine unitaire contre l’hypothèse nulle de stationnarité, soit autour d’un terme constant soit autour d’un trend linéaire; dans chacun des cas, nous validons l’hypothèse nulle de stationnarité lorsque la valeur calculée de la statistique n’excède pas la valeur tabulée. A propos des résultats obtenus (voir annexe), on peut dire que cette série est stationnaire au Cameroun et d’ordre inconnu au Gabon. Malgré tout, comme la plupart des séries économiques sont des processusà racine unitaire intégrées d’ordre 1 nous prendrons cette variable en différence première aussi bien au Cameroun qu’au Gabon.
Show more

25 Read more

ANALYSE DE LA VULNERABILITE MACROECONOMIQUE DE LA ZONE FRANC

ANALYSE DE LA VULNERABILITE MACROECONOMIQUE DE LA ZONE FRANC

Depuis 2007, l’évolution économique internationale est devenue complexe. L’enchevêtrement de plusieurs facteurs serait à l’origine d’une telle situation. Parmi ces facteurs, on peut relever la crise financière internationale, la crise de la dette souveraine, le fléchissement de la croissance des pays émergents, une recrudescence de l’insécurité (crise politique et terrorisme), l’instabilité des cours des matières premières notamment le pétrole, et bien d’autres facteurs non maitrisés. Face à ce constat, il est important aujourd’hui de tirer la sonnette d’alarme, puisque cet environnement international peu porteur influence négativement l’évolution économique des pays d’Afrique Subsahariene, particulièrement ceux de la zone franc (Rapport FMI octobre 2016 sur l’Afrique subsaharienne). Surtout que, d ’après les stat istiques de la CNUCED, en 2015 les pays de la CEMAC ont effectué 97,76 % de leurs échanges commerciaux avec le reste du monde et ceux de l’UEMOA ont effectué 87,38 %. En tant que price taker , ces pays s’exposent à tous ces chocs commerciaux extérieurs qui peuvent avoir une incidence à la fois sur les réserves de change au niveau des Banques Centrales et dans les enveloppes budgétaires de chaque Etat.
Show more

26 Read more

ETUDE PHYSIQUE DES CYCLES DE COMBUSTIBLES CENTRALE A GRAPHITE URANIUM NATUREL  EUR 2208 f = PHYSICAL STUDY OF CENTRAL FUELS WITH NATURAL URANIUM GRAPHITE  EUR 2208 f

ETUDE PHYSIQUE DES CYCLES DE COMBUSTIBLES CENTRALE A GRAPHITE URANIUM NATUREL EUR 2208 f = PHYSICAL STUDY OF CENTRAL FUELS WITH NATURAL URANIUM GRAPHITE EUR 2208 f

4 Le déchargement de chaque canal se fait en plaçant dans la zone chaude supérieure les trois cartouches irradiées primitivement dans la zone froide inférieure.~ Ce~ quatre hypothèses pe[r]

194 Read more

Datation du Cycle du PIB Camerounais entre 1960 et 2003

Datation du Cycle du PIB Camerounais entre 1960 et 2003

L’annonce de la fin des cycles économiques s’est révélée prématurée. La récession américaine en 2001, le fort ralentissement dans la zone euro, la déflation prolongée au Japon et, en 2003, le caractère incertain et fragile de la reprise qui s’en est suivie sont finalement autant de signaux qui attestent de la réalité du concept de cycle économique. De plus, certains facteurs contribuant aux évolutions économiques récentes ou les expliquant, par exemple, l’accroissement excessif de l’endettement, ont nourri les doutes quant à la capacité de la politique monétaire à réduire au minimum la volatilité de la production tout en assurant la stabilité des prix. C’est pourquoi certaines questions portant sur la définition des cycles économiques, à l’identification de leurs causes, à leur synchronisation entre pays ou même entre espaces économiques et aussi à la méthodologie utilisée pour mettre en évidence leurs faits stylisés suscitent de nouveau l’intérêt.
Show more

31 Read more

L’impact de la politique monétaire unique sur l’économie de la zone CEMAC: une approche par la modélisation VAR structurelle et bayésienne

L’impact de la politique monétaire unique sur l’économie de la zone CEMAC: une approche par la modélisation VAR structurelle et bayésienne

En effet, si dans le passé (c’est-à-dire, avant 1994), la question de la surévaluation des francs cfa ait fréquemment été évoquée par le FMI, dans le cadre de ses missions de consultation touchant un pays ou un autre de la zone, le plus souvent, les autorités monétaires des deux unions (BCEAO et BEAC) ont été très réticentes à l’idée de dévaluer la monnaie communautaire, sans être convaincues de l’efficacité de la thérapeutique, ces dernières y voient alors un ferment de dissolution des unions monétaires, or comme une modification, par rapport à la monnaie ancre, de parité du franc cfa requiert l’unanimité des Etats membres, en l’absence d’un intérêt commun à la dévaluation, il est évident que celle-ci comporterait un risque élevé de désagrégation de l’union monétaire.
Show more

22 Read more

DETERMINANTS DE L'INFLATION DANS LES PAYS DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE, (CEMAC)

DETERMINANTS DE L'INFLATION DANS LES PAYS DE LA COMMUNAUTE ECONOMIQUE ET MONETAIRE DE L'AFRIQUE CENTRALE, (CEMAC)

L’appartenance à une zone monétaire régie par des disciplines communautaires en matière de conduite des politiques économiques, est toutefois bénéfique pour le maintien d’une stabilité des prix. En effet, les pays généralement constitués en union, et ayant adopté un régime de change fixe réalisent de très bonnes performances en matière de stabilisation des prix (Ghosh et al, 1995). Dans la CEMAC, par exemple, depuis les réformes engagées dans les années 90, l’i nflation est en moyenne égale à la norme communautaire de 3 %, mais avec des disparités entre pays. Il n’est cependant pas certain qu’une telle performance soit due à l’action de la Banque centrale. En effet, dans un contexte marqué par une faiblesse des canaux de transmission de la politique monétaire, il serait difficile que le maintien d’un faible niveau de prix soit dû à l’unique action de la banque centrale (Bikai et Kenkouo, 2015).
Show more

19 Read more

REFORMES MONÉTAIRES ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN ZONE CEMAC

REFORMES MONÉTAIRES ET CROISSANCE ÉCONOMIQUE EN ZONE CEMAC

L'explication donnée est relative à l'asymétrie entre la réponse de l'économie à des augmentations de taux d'intérêt et celle qu'elle enregistre suite à des baisses de taux d'intérêt. En effet à court terme, la politique monétaire affecte l'activité réelle via son effet sur les prix. Or si la rigidité des prix est plus forte lorsqu'ils baissent que lorsqu'ils augmentent, les effets du resserrement monétaire vont se refléter davantage sur l'activité que sur les prix, et ce par opposition aux effets d'une politique monétaire expansive. Cette asymétrie d'ajustement des prix étant notamment à relier à l'impossibilité pour les firmes privées de diminuer les salaires, lorsque notamment les contrats de travail comportent des clauses d'indexation. Afin de vérifier cette hypothèse, Jeremie Piger (2003), du Federal Reserve Board de Saint Louis régresse les variations de la croissance trimestrielle du PIB en volume postérieure aux variations des taux d'intérêt sur les fonds fédéraux, sur la période 1962 -2002. Il observe que 1% d'augmentation des taux d'intérêt entraîne une réduction de 0,2% de la croissance trimestrielle de l'activité dans les deux années suivantes, alors qu'une baisse de 1% des taux d'intérêt sur les fonds fédéraux entraîne une augmentation de la croissance de l'activité réelle de 0,5% seulement au cours des deux années suivant le choc. On observe bien qu'une asymétrie dans la réponse de l'économie réelle aux modifications des instruments de la politique monétaire, ce qui conforte apparemment l'idée selon laquelle l'action des banques centrales est plus lente à restaurer des économies à la sortie d'une récession qu'à les pousser vers la surchauffe en régime d'expansion 3 .
Show more

27 Read more

Ouverture Commerciale Et Croissance Economique En Zone CEMAC

Ouverture Commerciale Et Croissance Economique En Zone CEMAC

Les statistiques de la Banque des Etats de l‟Afrique Centrale (BEAC) montrent que le degré d‟ouverture commerciale en zone CEMAC a fortement augmenté. A cet égard, Il est passé de 86,10% en 2005 à 94,91% en 2015. Cette tendance haussière risque encore de se poursuivre dans les années à venir, avec la signature et l‟entrée en vigueur des Accords de Partenariat Economique (APE) pour la plupart des pays de la sous région, notamment le Cameroun. Par ordre de grandeur décroissante, la Guinée Equatoriale vient en premier lieu avec un taux d‟ouverture commerciale de 178,29% en 2015. Elle est suivie par le Congo et le Gabon qui viennent respectivement avec 165,73% et 74,20%. Le Tchad a un taux d‟ouverture commerciale de 67,07%. Le Cameroun et la Centrafrique occupent les dernières places avec respectivement 42,80% et 39,60 % (Banque Mondiale, 2015).
Show more

10 Read more

Competitiveness and the real exchange rate: the standpoint of countries in the CEMAC zone

Competitiveness and the real exchange rate: the standpoint of countries in the CEMAC zone

Cette étude s’intéresse à la dynamique du taux de change effectif réel dans les pays de la CEMAC. Les analyses pour le Cameroun, la République Centrafricaine, le Congo, le Gabon et le Tchad s’appuient sur des données annuelles couvrant la période récente (1979-2008). Deux approches sont utilisées pour illustrer le modèle d’équilibre fondé sur les fondamentaux et les calculs permettent de montrer que les termes de l’échange, les dépenses publiques, le degré d’ouverture et la productivité sont les variables fondamentales influençant l’équilibre du taux de change réel. La décennie précédant la dévaluation a été caractérisée par de longues périodes de surévaluations de la monnaie, justifiant ainsi la dévaluation de 1994. En dépit d’une tendance à l’appréciation, le taux de change réel de la CEMAC n’est pas surévalué sur la période récente.
Show more

19 Read more

Infrastructures institutionnelles et développement financier en zone CEMAC

Infrastructures institutionnelles et développement financier en zone CEMAC

Ce travail se propose d’évaluer l’impact du développement institutionnel sur le développement financier dans la communauté économique et monétaire de l’Afrique centrale (CEMAC) entre 1990 et 2007. Une démarche économétrique et statistique est utilisée afin de réaliser cet objectif. Suivant la méthodologie proposée par Demirguc-Kunt & Levine (1996) et par Chouchane Verdier (2004), la démarche statistique permet de construire l’IDF des pays de cette zone. Elle révèle le retard que ces pays accusent en termes de développement financier sur des pays émergents tels que la Corée du sud. Suivant la méthodologie proposée par Demetriades & Luintel (1996) et d’Ito (2005), la démarche économétrique, à l’aide de l’estimateur GMM, du test d’autocorrelation des erreurs d’Arellano & Bond (1991) et du test de suridentification de Sargan, sur données de panels dynamiques, met en évidence l’impact négatif de la faiblesse du niveau de développement institutionnel sur le développement financier. Ceci peut expliquer pourquoi la libéralisation financière n’est que faiblement bénéfique au développement financier.
Show more

19 Read more

Impact De La Croissance Démographique Sur La Croissance Economique : Les Résultats D’une Etude Empirique Menée En Zone CEMAC

Impact De La Croissance Démographique Sur La Croissance Economique : Les Résultats D’une Etude Empirique Menée En Zone CEMAC

Par ailleurs, le raisonnement de Tabah (1968) sur le détournement des investissements économiques au profit des investissements démographiques constitue une autre piste d‟explication. En effet, selon cet auteur, la croissance démographique dans les PED exige de la part des gouvernements des investissements non directement productifs à court terme (la construction des écoles, des centres de santé…). Ces dépenses sont de ce fait réalisées au détriment de l‟épargne, ce qui pénalise les investissements privés des entreprises. L‟épargne privée des ménages, quant à elle, se trouve également en difficulté dans la mesure où une forte croissance démographique implique une forte proportion de jeunes qui demandent à être scolarisés, soignés, vêtus, nourris etc. Les dépenses en achats de produits pharmaceutiques et en fournitures scolaires importés produisent, dans la majorité des cas, les effets positifs sur la croissance économique des pays de provenance.
Show more

10 Read more

COMITEXTIL  Coordination committee for the Textile Industries in the European Economic Community  THE TEXTILE INDUSTRY IN THE COMMUNITY AND THE WORLD  VOLUME I: THE WORLD TEXTILE INDUSTRY  PART I: THE WORLD ECONOMIC ENVIRONMENT  Bulletin 79/5 6

COMITEXTIL Coordination committee for the Textile Industries in the European Economic Community THE TEXTILE INDUSTRY IN THE COMMUNITY AND THE WORLD VOLUME I: THE WORLD TEXTILE INDUSTRY PART I: THE WORLD ECONOMIC ENVIRONMENT Bulletin 79/5 6

PART DE CHACUNE DES ZONES ECONOMIQUES DANS LA CONSOMMATION APPARENTE MONDIALE DE FIBRES NATURELLES SHARE OF EACH ECONOMIC ZONE IN THE WORLD VISIBLE CONSUMPTION OF NATURAL FIBRES l %.. Pa[r]

128 Read more

Objectif de Lutte contre l’Inflation et Croissance Economique en Afrique: la Nécessité d’une Alternative

Objectif de Lutte contre l’Inflation et Croissance Economique en Afrique: la Nécessité d’une Alternative

De plus l es résultats de l’estimation appliquée aux économies de la zone CEMAC ont mis en évidence un impact négatif de la CPM sur la croissance économique ; Ceci malgré des valeurs à majorités élevées c’est à dire proche de 1 sur une longue période signe d’une relative bonne CPM en matière de stabilité des prix. L’on peut affirmer que ce résultat trouverait une explication dans le fait que les objectifs de stabilité des prix et de croissance économique sont opposés selon les Keynésiens c’est à dire que l’on ne peut mettre sur pied une politique permettant d’y aboutir simultanément : l’amélioration de l’un entraînant la baisse de l’autre. En conséquence, au lieu de continuer à œuvrer de manière absolue pour son amélioration, nous devons relativiser cet objectif ultime de stabilité des prix au regard de l’évolution des variables réelles dans la sous région notamment la croissance économique qui y est en très mal point. Dans le même sens, le fait que la crise financière a emmené tout dernièrement la plus part des Pays du nord à opter pour la régulation en guise de réponse, relativisant ainsi l’indépendan ce et la crédibilité de leur Banque centrale, devrait servir d’exemple aux Pays de la sous région.
Show more

19 Read more

Excès de liquidité systémique et effectivité de la politique monétaire : cas des pays de la CEMAC

Excès de liquidité systémique et effectivité de la politique monétaire : cas des pays de la CEMAC

La forte liquidité des banques dans la zone CEMAC à la suite de la restructuration bancaire, que certains observateurs qualifient de surliquidité, a amené les autorités monétaires à entreprendre un certain nombre de réformes. L’on note à ce sujet la mise en place du mécanisme de constitution des réserves obligatoires. La plausibilité d’une telle politique de stérilisation donne lieu à une interrogation quant à l’efficacité de la politique monétaire en situation de surliquidité. L’objet de cet article est, outre la détermination des facteurs explicatifs de la surliquidité, d’apprécier l’efficacité des mécanismes de transmission de la politique monétaire en situation de surliquidité. Il ressort des résultats de l’estimation que le phénomène de surliquidité dépend fortement des structures économiques et financières de chaque Etat de la CEMAC. Au niveau de la zone, seul le crédit au secteur privé pourrait réduire la situation de surliquidité des banques. De même, la situation de surliquidité réduit l’efficacité du canal monétaire. Cette inefficacité du canal monétaire s’explique d’une part par le faible ajustement du taux du marché interbancaire à la suite d’une politique monétaire expansive et d’autre part par une politique de stérilisation inefficiente. Ces résultats interpellent les autorités monétaires quant à la nécessité de mettre en place des actions visant à accroître l’offre de crédit au secteur privé.
Show more

28 Read more

Objectif de Stabilité des Prix et Croissance Economique en Zone CEMAC: Une Approche en Données de Panel

Objectif de Stabilité des Prix et Croissance Economique en Zone CEMAC: Une Approche en Données de Panel

Les résultats de l’estimat ion ont mis en évidence un impact négatif de la CPM sur la croissance économique ; Ceci malgré des valeurs à majorités élevées c’est à dire proche de 1 sur une longue période signe d’une relative bonne CPM en matière de stabilité des prix. L’on peut affirmer que ce résultat trouverait une explication dans le fait que les objectifs de stabilité des prix et de croissance économique sont opposés selon les Keynésiens c’est à dire que l’on ne peut mettre sur pied une politique permettant d’y aboutir simultanémen t : l’amélioration de l’un entraînant la baisse de l’autre. En conséquence, au lieu de continuer à œuvrer de manière absolue pour son amélioration, nous devons relativiser cet objectif ultime de stabilité des prix au regard de l’évolution des variables réelles dans la sous région notamment la croissance économique qui y est en très mal point. Dans le même sens, le fait que la crise financière a emmené tout dernièrement la plus part des Pays du nord à opter pour la régulation en guise de réponse, relativisan t ainsi l’indépendance et la crédibilité de leurs Banque centrale devrait servir d’exemple aux Pays de la sous région.
Show more

30 Read more

Impact du Commerce bilatéral Intra Zone dans la zone UEMOA et CEMAC: Approche par les VAR Structurels

Impact du Commerce bilatéral Intra Zone dans la zone UEMOA et CEMAC: Approche par les VAR Structurels

The intra zone exchanges are very weak and very erratic in the CFA zone. On the set of the period 1981 - 1999, the part of the intra - regional trade passed from 8,5% to 11% for the UEMOA and 2,47% to 2,17% for countries of the CEMAC. The tendency is similar for the inter zone trade. The UEMOA zone and the CEMAC zone trade relatively little between them; exchanges between countries of the UEMOA and the zone franc rise to 11,90% in 1999 and those of countries of the CEMAC with the CFA zone are of only 3,34% the same year. However, it is necessary to note that the intra regional trade of these countries is the most often sustained by one or two countries of which the economic weight in the zone is higher. This is how Senegal and Ivory Coast are the main exporters toward the other countries of the UEMOA (14% of their total exports in 1999 are destined to the other country members) and countries enclosed of the Sahel (Burkina, Mali and Niger) are those that import the more of countries of the UEMOA (between 20% and 25% in 1999). In the CEMAC zone the main importers are the Central African Republic and Chad (with respectively 15% and 22% of the total imports in 1999) and the main exporter is Cameroon with only 6% of intra - regional exports (Julie Lochard, 2005).
Show more

59 Read more

Modèle multi pays dans les pays de la zone franc

Modèle multi pays dans les pays de la zone franc

La coordination des politiques économiques est surtout efficace si les agents sont conformes au modèle keynésien, c’est à dire s’ils ne modifient pas leur comportement quand les politiques économiques changent. Mais dans la réalité, les agents sont souvent rationnels. Une coordination trop parfaite des politiques économiques permet donc aux agents de prévoir le comportement de la banque centrale et du gouvernement. En effet, si la Banque Centrale baisse ses taux, ceux6ci en déduiront que le gouvernement va augmenter les dépenses. Ainsi, conformément au modèle des anticipations rationnelles, la relance que le gouvernement va faire sera vouée à l’échec. Ceci s’appliquant évidemment à tous les cas de figures, on voit donc que les politiques économiques ne doivent surtout pas être parfaitement coordonnées pour laisser aux agents une surprise lorsque les politiques économiques sont effectivement coordonnées. Si les agents sont réellement conformes à la théorie des anticipations rationnelles, l’effet est encore plus fort. En effet, les agents prévoyant correctement les deux politiques économiques, ils s’adaptent et les changements de politiques économiques sont donc totalement inefficaces.
Show more

45 Read more

Show all 10000 documents...

Related subjects